Votre recherche
Centre Spirituel de Troussures
Prieuré Notre-Dame de Cana - dans l'Oise
Des retraites spirituelles, des formations, de l'accueil personnalisé

Historique du château

Un haut lieu spirituel
 
Ce château familial est devenu un « haut lieu spirituel » grâce aux deux grandes figures chrétienne qui ont marqué l’Église de France au 20ème siècle.   
 
a/ Historique du Château
I Les Seigneuries au village de Troussures
  • La seigneurie de Troussures remonte à l’an 1075 avec son premier châtelain connu, Garénus de Trussuris. Une première construction de l’enceinte fortifiée, à côté de l’église actuelle du village, s’effectua ensuite par le seigneur de Troussures qui donna son nom au village. 
  • Du 13e siècle au 18e siècle, différentes seigneuries s’échelonnèrent à Troussures 
  • En 1700, le maréchal de Boufflers, descendant de Renault, réalise son rêve : il échange les terres qu’il possède à Versailles – permettant ainsi au roi Louis XIV de construire le château - contre celles de Troussures qui appartiennent à la couronne. Les deux fiefs partagés à la mort de Jeanne de Milly sont à nouveau réunis et la seigneurie reconstituée prend alors le nom de seigneurie de Bourbon -Troussures. 
  •  En 1757 cette seigneurie, constituée uniquement de terres, prés et bois, le château féodal ayant depuis longtemps disparu, est vendue au comte de Saisseval et son fils la vend en 1783 à Louis – Lucien Le Caron, chevalier, lieutenant civil et criminel au baillage, président du tribunal de Beauvais et conseiller général de l’Oise. La seigneurie comprend donc à partir de Louis-Lucien un château et les terres. C’est son petit-fils qui construira le château sous sa forme actuelle. 
    II La construction du château
     
  • 1570 Première construction du château (ou manoir), par Jacques Richard, à l’emplacement de la pelouse devant le château actuel et perpendiculaire à celui-ci. Un quadrilatère dont trois parties servirent pour l’exploitation et au centre le colombier seigneurial. 
  • Toussaint Le Caron (1829-1914), écuyer et membre au grand conseil du Roi, acheta la propriété et sera le dernier comte de Troussures. Il rase complètement le manoir vers la fin du XIXe siècle et le reconstruit sous sa forme actuelle, un peu plus bas de la prairie actuelle devant le château.
  • La propriété demeure ainsi dans la famille Le Caron de 1667 à 1919 ; puis faute de descendance, est vendue à Henri Gézard. 
  • 1919-1921 : Henri Gézard acheta la propriété et la revendit deux ans plus tard en la divisant :* La ferme et les terres sont vendues à Mr Georges Ledieu qui employa comme fermier Mr Ablin en 1922, Mr Ecklao en 1927. En 1951 Mr Muller en devint propriétaire et la ferme aujourd’hui appartient toujours à la famille Muller.
    * Le château et le parc de 8 hectares sont vendus au général Nourrissons
     
    -   1921 à 1938 : Le couple Nourrissons habite le château
     
  • 1938 : La générale Nourrisson, veuve, offre au Père Riquet, Jésuite, sa propriété de Troussures pour les étudiants en médecine du centre Laennec. Mais le Père Riquet, trouvant plus près de Paris un lieu mieux adapté, l’offre au Père Doncoeur. Elle comprenait à l’époque outre la grande bâtisse de briques dénommée « le château » de vastes communs, quelques hectares de prés et de vergers, un potager, un étang et quelques maisons de hameau. 
  • Le père Doncoeur s’installe ainsi à Trousssures en 1938 et fonde une association présidée par Roger Laffarge constituée selon la loi 1901 sous le titre « association pour l’Entraide au Foyer » et qui devient propriétaire de l’ensemble.
 
  • En 1939, les Allemands s’installent dans le château pendant la guerre. Osons dire qu’ils le saccagent, jetant au feu la plupart des meubles et des tableaux. 
  • Le Père Doncoeur fait vivre la maison de 1945 à sa mort, survenue en 1961. L’association poursuit son œuvre, mais ceux qui portent la maison n’étant plus tout jeunes, ils prennent la décision de s’en séparer. 
  • Elle est confiée au Père Caffarel qui en prend possession le 28 avril 1966 jusqu’à sa mort en 1996. L’étang est vendu à la commune en 1995, il ne reste que plus 8 hectares de propriété.
 
  • A Pâques 1997, la congrégation Saint-Jean reçoit la propriété et en a l’usage pour fonder un prieuré. De par vœux de pauvreté, elle a proposé que le diocèse en soit le propriétaire et Mgr Thomazeau, à l’époque, évêque de Beauvais accepta. En 2010, un prieuré de sœurs contemplatives est construit derrière le bois, proche du village.
 
* Une Seigneurie, un château, une maison spirituelle et enfin un prieuré… Telle est l’histoire originale de ce lieu !